Classement 2018 des pays de l’OCDE par indice de positivité

A l’occasion, du Global Positive Forum, Positive Planet a dévoilé les résultats de l’indice de positivité des pays de l’OCDE.

Depuis 2013, Positive Planet publie l’indice de positivité des 34 nations de l’OCDE. Cette année encore le classement est dominé par les pays de l’Europe du Nord (Norvège, Islande, Suède…) et la Suisse. En 2018, l’Allemagne et la France progressent d’une place, respectivement à la 9 ème et 17ème place. Les Etats-Unis reculent d’une place mais restent devant la France, à la 16ème place. La Turquie, la Hongrie, le Mexique et la Grèce restent en fin de classement.

 

Quelles tendances de long terme se dessinent en 2018 pour l’indice de positivité des nations ?

Au cours des cinq dernières éditions de l’indice, on s’aperçoit que deux groupes se distinguent : les nations pour lesquelles la croissance économique s’accompagne d’une progression de la positivité et celles pour lesquelles la croissance se fait plutôt au détriment des générations futures.

Du côté des pays où la croissance est plutôt tournée vers les générations futures, le cas de l’Irlande est intéressant puisque c’est le pays qui progresse le plus tant en matière de croissance économique que de positivité. Le pays est ainsi passé de la 18ème place à la 11ème place en 5 ans. Le pays progresse dans toutes les dimensions de la positivité, et plus particulièrement en matière de soutenabilité financière, d’éducation et de solidarité internationale.

L’Islande, pays mis à l’honneur dans le cadre de la Masterclass sur l’indice de positivité réalisée pendant le Global Positive Forum, se maintient en 2018 dans le trio de tête. Depuis 2013, le pays a progressé dans les trois dimensions de l’indice de positivité : une forte progression de l’altruisme entre générations (+ 40%), le maintien d’une forte position pour l’altruisme entre les territoires notamment grâce au meilleur score des 34 pays pour l’utilisation des ressources naturelles, et un fort score pour l’altruisme entre acteurs qui est le fruit d’une gouvernance efficace et d’une société particulièrement inclusive.

A noter également que si la Turquie progresse assez fortement tant en matière économique qu’en termes de positivité, ses marges de progrès en matière de positivité restent considérables, le pays étant en 2018 à la 31ème place sur 34.

Malgré un score qui la place dans les pays de tête (à la 9ème place), l’Allemagne a plutôt vu son indice légèrement diminuer sur la période. Le pays semble donc peiner à maintenir un niveau de croissance qui soit compatible avec le niveau relativement élevé de positivité atteint par le passé. Il en va de même avec les Etats-Unis dont le classement est passé de la 13ème à la 16ème place sur la période.

L’Italie se trouve quant à elle à la 29ème place dans une zone critique où la croissance économique réelle reste faible et où la positivité se maintient moins bien qu’ailleurs.

Quels résultats pour la France en 2018 ?

Avec un indice de 53, la France progresse d’1 point et d’1 rang et se place à la 17ème position du classement (ex aequo avec l’Autriche).

La décomposition du score de la France selon les trois axes de l’altruisme montre que le pays progresse surtout en ce qui concerne l’altruisme entre générations… mais c’est aussi dans cette dimension que le score moyen de la France reste le plus faible – à l’inverse des deux autres dimensions où son score est plus élevé mais progresse peu.

Sur la dimension de l’altruisme entre génération, la France reste comme les années précédentes en retrait sur les questions d’éducation. A titre d’illustration, la part des NEET (Not in Education, Employment or Training) parmi les 20-24 ans se maintient au-dessus de 20% – pour rappel, la France est l’un des pays de l’OCDE où le revenu des parents explique le plus la réussite des enfants. On observe en revanche une forte progression en matière de participation positive qui tient pour beaucoup à la forte féminisation de l’Assemblée Nationale qui, entre les deux dernières législatures, est passée de 26% à 39%.

En ce qui concerne l’altruisme entre territoires, un point de vigilance est à noter en matière d’environnement et de qualité des infrastructures, indicateurs clés pour transmettre aux générations futures un territoire équilibré.

En matière d’altruisme entre acteurs, on observe une progression sur les questions de gouvernance, ce qui est un signe encourageant dans la mesure où la transparence et la qualité de la démocratie sont des facteurs de confiance indispensables à la construction d’un avenir commun et donc à la prise en compte du long terme dans les décisions publiques.

S'inscrire à notre newsletter